videoprotection 005La vidéoprotection en service sur la commune depuis 2012

Avec 6.000 habitants, La Gorgue est aujourd'hui une commune « rurbaine » qui conjugue qualité de vie d'une petite ville et équipements d'une grande ville. Des éléments primordiaux à préserver...

A La Gorgue, il n'y a pas plus de délinquance que dans les communes environnantes. La ville ne doit pas faire face à un climat d'insécurité mais à un sentiment d'insécurité avec parfois des pétarades de scooter, la sono trop puissante d'un véhicule, le rassemblement de quelques jeunes dans certains secteurs, mais aussi des dégradations du patrimoine communal. La ville dépose plainte régulièrement pour ces actes de vandalisme.

C'est pour lutter principalement contre ce dernier point et une petite délinquance occasionnelle que la ville s'est dotée d'équipements de vidéoprotection.

videoprotection 001La présence et les rondes de la police municipale en journée, de la brigade de Gendarmerie d'Estaires renforcée la nuit par la présence du Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie d'Hazebrouck ne permettent pas toujours une surveillance efficace du territoire communal, 24h sur 24.

Pour améliorer la sécurité sur La Gorgue, Philippe Mahieu et son équipe se sont orientés vers la vidéoprotection.
Conformément à la règlementation en vigueur, c'est sous couvert de la Préfecture du Nord que le référent sûreté de la Gendarmerie Nationale a déterminé différents secteurs à protéger : mairie, place du 11 Novembre, complexe sportif Pierre de Coubertin, église Saint Pierre, parc de jeux rue de Verdun, salle des fêtes Christian Croquet, base de loisirs de Villelume, hameau du Nouveau Monde, etc...

Tout en garantissant les libertés des citoyens, les caméras seront placées sur ces sites pour veiller aux biens publics. Lors de la découverte d'un problème, la vidéo filmée en très haute définition sera d'abord visionnée en interne par les personnes habilitées et ensuite exploitée par la Gendarmerie Nationale.

L'intérêt majeur de la vidéo est sa reconnaissance par les tribunaux pour caractériser le flagrant délit, puisqu'à ce jour nous avons très peu de témoignages pour ces actes.

La phase de déploiement de la vidéoprotection est aujourd'hui terminée. Philippe Mahieu, Maire de La Gorgue, revient sur l'installation de ce dispositif qui vise avant tout à préserver la tranquillité et la qualité de vie à La Gorgue.

Pourquoi la vidéoprotection à La Gorgue ?videoprotection 005

Depuis déjà plusieurs années, nous devons faire face à des rassemblements dans le centre-ville, bien souvent tard le soir. Des rassemblements souvent marqués par une consommation excessive d'alcool, aboutissant souvent à des désordres urbains, régulièrement à des actes d'incivilité et parfois à des dégradations importantes des équipements de la ville. Des actes somme toute isolés, mais qui créent un climat d'insécurité pour les riverains et qui ont un coût de plus en plus important pour la commune.

Comment s'est-elle mise en place ?

J'ai évoqué ce projet lors des vœux à la population en janvier 2012. Mais c'est au terme d'une longue réflexion que nous avons décidé l'installation de la vidéoprotection sur le territoire communal. Dans un premier temps, le référent sûreté de la Gendarmerie Nationale a procédé à une étude des sites sensibles à protéger : la mairie, la place du 11 Novembre, le complexe sportif Pierre de Coubertin, l'église Saint Pierre, le parc de jeux rue de Verdun, la salle des fêtes Christian Croquet, la base de loisirs de Villelume, l'espace de détente et de loisirs et la place du Nouveau Monde. Nous avons ensuite réalisé un appel d'offre précis, remporté par la société Nextiraone. Le 25 septembre 2012, un arrêté préfectoral nous accordait l'autorisation d'installer un système de vidéoprotection sur la commune. Ce document mentionne très précisément nos obligations en matière de signalétique, visionnage, destruction et accès des documents par les forces de l'ordre. En novembre dernier, nous avions présenté les grandes lignes de ce projet dans le bulletin municipal.

Comment fonctionne le système ?

videoprotection 02Les 50 caméras sont déployées par le biais d'un réseau de transmission câblé et radio, pour des raisons de coût et de rapidité du déploiement. Les images en haute définition sont envoyées vers un serveur de centralisation, dans un local fermé en mairie.

Qui peut visionner les images ?

Trois personnes : Michel Bodart, premier adjoint, Fabrice Pietersoone, directeur général des services et moi-même sommes habilités à les visionner à posteriori et uniquement en cas d'incivilités. De plus, si les circonstances l'exigent et sur commission rogatoire, la Gendarmerie Nationale aura accès à la salle, en notre présence. L'intérêt majeur de la vidéo est sa reconnaissance par les tribunaux pour caractériser le flagrant délit.

Une caméra est installée en face de mon domicile, cela porte atteinte à ma vie privée...

Les caméras sont calées pour ne surveiller que le domaine public : routes, trottoirs, bâtiments publics, squares et espaces de jeux. Si une partie du domaine privé apparaît, il est automatiquement brouillé par des masques. Notre système est en tout point conforme aux autorisations de la Préfecture et de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés).

Combien de temps les images sont-elles conservées ?

Les images sont conservées durant 14 jours avant d'être détruites automatiquement.

Quel est le coût de cette installation et de sa maintenance ?videoprotection 005

Comme nous l'avions indiqué dans La Gorgue le Mag de décembre 2012, le coût global s'élève à 293.831,00 €, mais subventions, aides à l'investissement et récupération de la tva permettent de ramener ce coût à 148.244 € pour la ville. La maintenance s'élèvera à moins de 10.000€ par an.

La vidéoprotection est-elle efficace ?

La vidéoprotection a démontré son efficacité en matière de prévention de la délinquance dans les villes et villages équipés de ce dispositif. La cinquantaine de caméras, disposées dans différents secteurs sensibles de La Gorgue et du hameau du Nouveau-Monde, sont donc en service et ont déjà un effet préventif pour décourager les actes de vandalisme et les incivilités. Bien sûr, nous restons attentifs aux préoccupations de nos concitoyens en matière de sécurité. D'ailleurs, d'autres secteurs pourraient être équipés à l'avenir.